Fermeture du forum. Merci à tous et à toutes pour l'aventure. Bonne continuation à vous et à bientôt, ici ou ailleurs.

Partagez

Le Chasseur Chassé [Keir - Lola]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Bloodseeker Taste your blood
Keir F. Munro
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription ✢ : 20/03/2019

Messages postés ✢ : 95

Textes postés en rp ✢ : 3

Avatar ✢ : Matt Ryan

Âge ✢ : La Quarantaine / 192 ans

Zone libre ✢ : Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] Tumblr_pomgzmk8Nd1v3v4u9o10_r1_400
Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] Tumblr_nir4snz2ql1qcxymno6_250
Issu d'un riche clan écossais, il a grandit dans l'opulence, l'oisiveté et la luxure jusqu'à ce que son père l'oblige à prendre épouse pour des raisons politiques. Il perd sa fille dans d'atroces circonstances tandis que son épouse se suicide. De là, commence sa descente aux enfers. Grièvement blessé par le métamorphe qui a tué sa fille, il est recueillit par un vampire qui le sauve en le transformant. Il peine à maîtriser sa nouvelle nature et n'oublie pas sa vengeance, au contraire... Au fil du temps, il fini tout de même pas s'assagir un peu et s'installe à la Nouvelle Orléans pour de bon. Pour s'en sortir financièrement, il escroque les gens en se faisant passer tour à tour pour un médium, un exorciste ou un détective privé, quoique qu'il s'avère assez doué dans la dernière discipline. En secret, il chasse encore les sorcières et certains métamorphes (surtout les loups) pour qui il voue une haine terrible. Mais les lois en place l'oblige à se montrer de plus en plus discret dans ce domaine...

MessageSujet: Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] EmptyJeu 28 Mar 2019 - 13:46

Nouvelle-Orléans - Iles Vénétiennes - il y a quelques mois

Putain de merde ! çà fait un mal de chien ! Tremblante, sa main vint trouver le contact de son flanc ensanglanté, tentant de comprimer tant bien que mal la plaie formée par la balle. Une balle en argent extrêmement nocive, poison insidieux dont la moindre particule s’infiltrait dans le fluide vital de l’immortel. Agrippé à sa blessure, il se redressa maladroitement, grimaçant de douleur à chacun de ses gestes devenus lourds sous l’emprise du mal qui le rongeait de l’intérieur. Le chasseur ne l’avait pas loupé ! Enfin si, techniquement, il n’avait pas touché son cœur alors… Mais bordel, çà faisait mal quand même et il n’était pas sûr d’y survivre… Surtout si l’autre s’acharnait à le poursuivre pour lui coller une autre balle à un endroit plus mal placé encore. Il y avait une certaine ironie là dedans… Lui qui habituellement était le chasseur, voilà qu’il se retrouvait à la place de la proie et cette position ne l’enchantait pas vraiment. Quitte à se faire prendre par derrière, autant que ce soit dans d’autres circonstances, même s’il n’était pas de ce bord là… tout valait mieux que la mort.

Grimaçant, il parvint à esquisser quelques pas, chancelant, prenant appui sur une benne à ordures, lui léguant par la même une empreinte écarlate qu’on ne pouvait pas manquer. Il contourna une maison, soufflant bruyamment tout en avançant péniblement, sa main toujours lovée dans le creux de son flanc. Il escalada quelques marches, prenant appui sur l’encadrement d’une porte en bois massif qu’il martela avec vigueur. Mais le battant resta insensiblement clos, laissant le visiteur impromptu sur la touche. A cette heure trop matinale, la Nouvelle Orléans dormait. On avait du mal à y croire quand on connaissait l’ambiance qui régnait ici, mais il y avait ce moment précis où les noctambules croisaient les lèves tôt, cette latence subtile entre la vie de débauche et l’existence bien rangée, cet intervalle étrange entre l’obscurité totale et l’aube naissante... Il avait fallu que ce soit ce moment là, celui où on ne croisait absolument personne dans les rues, celui où il n’y aurait aucun témoin gênant pour assister à la scène finale… Remarque, à la place de l’autre connard, il aurait probablement choisi son heure aussi, il fallait se montrer discret par les temps qui couraient, les sorcières étant de plus en plus intransigeantes sur les lois sous-jacentes qui régissait la ville… Mais là, pour le coup, çà ne l’arrangeait pas des masses. Alors, il redescendit péniblement les cinq marches insupportables de ce perron désert pour tenter sa chance au suivant. Au bout de trois refus catégoriques - ces portes n’étaient vraiment pas conciliantes - des bruits de pas se firent entendre. Keir jeta un regard noir en direction de l’intersection. La silhouette massive du chasseur ne tarda pas à apparaître et il eu tout juste le temps de se fondre dans les ombres salutaires d’une bâtisse.

Il longea le mur, le souffle court et se retrouva bientôt face à une palissade. Et merde ! Grimaçant de plus belle, il agrippa le haut des planches et se hissa douloureusement le long du mur, son fluide vital repeignant le bois avide d’un rouge carmin des plus ravissants. Il passa sa jambe par dessus la paroi, étouffant un cri de douleur lorsque son ventre rappa le sommet de la palissade. Passant son autre jambe, il se laissa tomber de l’autre côté, chutant lamentablement sur une poubelle en métal qui répandit son contenu dégueulasse sur le sol terreux et ne manqua pas d’alerter le prédateur qui couru dans la direction indiquée. Il était foutu, c’était clair et net ! Et cette putain de balle qui lacérait ses chairs pourtant mortes depuis plus d’un siècle… On lui aurait fait couler du métal dans une plaie béante, çà aurait fait le même effet niveau sensation… Autant dire que ce n’était pas vraiment agréable sur le moment. Serrant les dents, il se redressa néanmoins, usant du peu de force qui lui restait pour tenir debout. Titubant - on croirait presque qu’il était bourré, çà faisait un bail que çà lui était pas arrivé d’ailleurs - il esquissa quelques pas, juste assez pour rejoindre une nouvelle porte qui resta irrémédiablement close, encore… L’autre venait de franchir le coin de l’impasse, dans quelques secondes, il serait sur la palissade. Ok ! Il fallait vraiment qu’il bouge son cul de là. Puisant dans les dernières forces qu’il lui restait, l’immortel se mit à courir, difficilement, douloureusement. Fort heureusement pour lui, l’autre côté du jardin n’était bordé que par un petit grillage qu’il n’eut pas trop de mal à franchir, déchirant au passage une partie de son pantalon, mais c’était un moindre mal vu ce que l’autre lui réservait. On pouvait dire beaucoup de chose sur Keir, on lui trouvait énormément de défauts, c’était vrai, mais il était persévérant, çà, on ne pouvait pas le nier. Alors il s’accrochait à la vie comme un chien s’accrochait à son os. Il redoubla d’efforts, courant comme si sa vie en dépendait, d’ailleurs c’était un peu le cas, tournant dans les ruelles à chaque fois qu’il le pouvait, tentant de brouiller les pistes. Et il se retrouva bientôt devant une sorte de hangar réhabilité, joliment refait pour accueillir des appartements, du moins ce fût ce qu’il en déduisit en voyant la série de sonnettes qui ornaient l’entrée.
Il se précipita vers les petits boutons, appuyant dessus frénétiquement, escomptant qu’un habitant soit assez fou pour lui répondre… Mais une douleur terrible vint soudain brûler l’arrière de sa cuisse, une nouvelle balle d’argent venait de lui déchirer les chairs et il s’écroula devant cette foutue porte close, hurlant de douleur sous l’assaut horrible de l’argent nocif à son sang... Il parvint à peine à se retourner, sa tête prenant appui sur le battant métallique alors que son regard toisait avec arrogance le coupable de ses souffrances.


- Tu m’as eu, on est quitte !

Murmura-t-il autant à l’adresse du chasseur qu’à une divinité supposée. D’une contorsion de l’épaule, il se redressa un peu plus pour fait face à la mort, cette mort qui lui avait été refusée depuis tant d'années… Il retrouverait enfin sa femme et sa fille… ou bien il rejoindrait le monde des esprits et hanterait la Nouvelle-Orléans jusqu’à la nuit des temps… Allez savoir…

- Alors… Tu vas m’en coller une dernière dans la tronche pour être sûr ou tu vas me laisser souffrir comme un crevard sur le pas de cette foutue porte ?

Même dans le pire moment, il ne pouvait s’empêcher de provoquer sa chance… Et l’autre restait silencieux, un sourire étirant le coin de ses lèvres… Quel con !

_________________
KEIR MUNRO
XxX And I have this feeling of revenge that's eating my gut. XxX

Revenir en haut Aller en bas
Shapeshifter Administratrice
Lola R. Baratte
Voir le profil de l'utilisateur https://boite-a-idees.tumblr.com/

Date d'inscription ✢ : 13/03/2019

Messages postés ✢ : 407

Textes postés en rp ✢ : 15

Avatar ✢ : Zoë Kravitz

Crédits ✢ : lilie


Âge ✢ : 30 ans et toutes ses dents.

Clan ✢ : C'est à la meute St-John qu'elle jure fidélité, "adoptée" par la famille il y a un an de ça lorsqu'elle a mis les pieds à la Nouvelle-Orléans. xxx Lola est une louve.


Zone libre ✢ : Elle a un chien loup de compagnie, qui s'appelle Marley, le prochain s'appellera Bob, c'est évident... xxx C'est à "The Tavern" que vous la verrez derrière le bar, à servir des verres et gueule sur les clients trop chiants. xxx Elle aime les aiguilles et l'encre... Oui, elle est tatoueuse à côté, elle bosse au black mais rêve d'avoir son propre salon. xxx

fichelienschronosujets
Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] Tumblr_pomgzmk8Nd1v3v4u9o2_r2_400
Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] Cclc




MessageSujet: Re: Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] EmptySam 30 Mar 2019 - 13:44



« Allez, tout le monde dehors, on ferme ! » C’est la voix de Lola qui résonne, plus forte que celles des derniers clients de la Taverne. La barmaid, torchon sur l’épaule, contourne son bar pour inciter les clients à payer et s’en aller. Lola est patiente, elle est même très patiente. Ici, la plupart des clients sont des habitués et ne sont pas bien vilains, même lorsqu’ils ont avalé plus d’alcool qu’il ne le faudrait. La belle sourit et fait un signe de tête à la serveuse. La boutique ferme, elles peuvent commencer à ranger. Pendant que Lola compte la caisse, la miss passe le balai et range les bouteilles vides. Lola finira par refaire le plein du bar pour qu’il puisse tourner correctement lorsqu’il rouvrira quelques heures plus tard. La belle est méticuleuse et professionnelle. Et tout est nickel lorsqu’elles quittent les lieux. C’est à Ronon qu’elle passe un coup de fil sur le chemin du retour. Elle est à pieds, la métamorphe, n’habitant pas très loin de son lieu de travail. Son chef, et ami, répond, la voix rauque. « Bar fermé chef. » Le sourire s’étire. Les deux amis papotent rapidement. Ronon n’est pas en ville depuis deux jours, parti voir de la famille, ou quelque chose comme ça. Lola n’est pas du genre à poser des tonnes de questions. C’est qu’elle n’est pas la plus curieuse des femmes de la Terre. Mais comme toujours, Ronon lui manque. Même s’ils ne se connaissent pas depuis longtemps, les deux loups se sont vites attachés l’un à l’autre. C’est donc très naturellement qu’elle l’appelle, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Et puis, le loup aime la savoir bien rentrée. En général, c’est un sms qu’elle lui envoie lorsqu’elle arrive chez elle. Mais lorsqu’il est loin de la Nouvelle-Orléans, Lola préfère l’appeler. Et elle finit par raccrocher lorsqu’elle arrive chez elle, accueillie par Marley, son chien-loup. Il est tard dans la nuit, ou tôt dans la matinée, quand elle claque la porte et câline son animal de compagnie. Lola est épuisée et rêve d’une bonne douche pour enlever les odeurs d’alcool et de fumée qui s’accrochent à elle. C’est donc tout droit vers la salle de bains qu’elle file, balançant chaussures et vêtements sur son trajet. L’eau chaude est allumée et les sous-vêtements quittent son corps eux aussi avant qu’elle enjambe la baignoire pour se glisser sous le jet d’eau qui coule sur sa peau. Un soupir de soulagement s’échappe de ses lèvres entrouvertes. Elle ferme les yeux et savoure, sentant les muscles se détendre peu à peu. La belle aime son métier, mais lorsqu’elle enchaîne les heures et les postes, elle doit avouer qu’elle fatigue un peu… C’est le cas à cet instant précis.

Une demie-heure plus tard, sous la surveillance de Marley, Lola s’enroule dans une serviette-éponge. Ses cheveux sont enroulés dans une serviette et sécheront pendant ses quelques heures de sommeil. Une fois séchée, elle enfile un vieux t-shirt de Nirvana et un short court. Une tisane et au lit. Enfin… C’est ce qu’elle aurait aimé. Mais c’est sans compter sur les bruits bizarre que son ouïe particulière lui permet d’entendre. Marley grogne déjà derrière la porte. Le chien-loup imposant protège son territoire et sa compagne… Lola, quant à elle, s’empare de la batte de baseball qui patiente à côté de la porte d’entrée qu’elle ouvre sans prévenir. En réalité, ce n’est pas chez elle que ça a sonné, mais chez son voisin, absent depuis plusieurs jours. Lola ne sait même pas s’il reviendra. Mais en attendant, elle surveille. Un pas en avant, batte à la main et la belle entre dans le champ-de-vision des deux hommes. Un à terre, blessé, l’autre armé d’un revolver. Alors, sans hésiter, c’est la main armée qu’elle frappe avec violence, dans un craquement d’os et une plainte douloureuse du type. Lola n’est pas plus forte que les humains lambdas, mais elle sait cogner la belle. « C’est quoi ce bordel ? » Le chasseur tente de récupérer son arme, mais Marley déboule, crocs dévoilés. Le chien-loup est imposant, menaçant, se fourrant entre Lola et le Chasseur. La méta’ plisse les yeux. « J’te connais toi ! T’as déjà foutu l’bordel dans mon bar ! » Oui, Lola est assez physionomiste. Et même si ce n’est pas son bar, elle reconnaît les types qui y viennent. « Dégage d’ici avant que je lâche le chien. » Et le type grogne. Sa proie, parce qu’il s’agit bien de ça, est blessée au sol et le Chasseur compte bien partir avec lui. Mais Marley n’est pas d’accord et se rapproche, toujours plus agressif. Il a beau dire que le Vampire est à lui, Lola s’en moque.

C’est vrai, elle n’aime pas les Vampires et si ça se trouve, ce type mérite clairement de crever. Mais ça ne se passera pas sur le pas de sa porte. Certainement pas ! « Casse-toi ! » Dit-elle en levant sa batte, prête à frapper. La Chasseur recule de quelques pas et lâche un « Je te retrouverai. » à l’intention du Vampire. Mais il finit par s’en aller. Cette fois, c’est sur le Vampire blessé que Marley grogne. « Tente quoi que ce soit et il te bouffe... » Lola préfère prévenir, parce qu’on ne sait jamais. Elle ne leur fait pas forcément confiance à ces Vampires. Maintenant qu’elle a prévenu, Lola tend la main au Vampire. Parce qu’elle ne compte pas le laisser se vider de son sang sur le pas de sa porte. Ca pourrait attirer les emmerdes et Lola n’en a pas spécialement envie. Elle ne veut pas qu’on vienne foutre le nez chez elle. La belle aide donc le type à se relever et le fait entrer chez elle, claquant la porte derrière eux. Elle ferme à clé, enclenche les nombreux verrous qu’elle n’utilise que très rarement. Le chien-loup toujours méfiant, Lola guide le Vampire sur le fauteuil, près du comptoir. Hors de question qu’il vienne foutre tout son sang sur son canapé ! « Bon … j’ai eu raison d’te sauver la peau au moins ? » Déjà, elle l’abandonne pour fouiller dans un placard et en sortir une trousse de premiers secours. Elle est habituée aux soins à apporter, parce que les loups sont parfois blessés. Mais, la belle, reste méfiante, le sang des Vampires n’est pas recommandé pour les métamorphes.

Et le chien-loup grogne, encore. « Shhtttt, Marley, ça suffit ! » Un dernier grognement et le chien recule, se couchant près de la porte d’entrée. Il surveille, l’animal. « Lui non plus ne fait pas confiance aux Vampires… Les balles, elles sont encore logées dans les plaies ? » Parce que si c’est le cas, il va falloir les enlever et là… Ça risque d’être compliqué. Non pas que Lola ait peur de le faire, mais elle n’a pas confiance surtout.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr



_________________


Tell me somethin' girl. Are you happy in this modern world? Or do you need more? Is there somethin' else you’re searchin' for?
Revenir en haut Aller en bas
Bloodseeker Taste your blood
Keir F. Munro
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription ✢ : 20/03/2019

Messages postés ✢ : 95

Textes postés en rp ✢ : 3

Avatar ✢ : Matt Ryan

Âge ✢ : La Quarantaine / 192 ans

Zone libre ✢ : Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] Tumblr_pomgzmk8Nd1v3v4u9o10_r1_400
Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] Tumblr_nir4snz2ql1qcxymno6_250
Issu d'un riche clan écossais, il a grandit dans l'opulence, l'oisiveté et la luxure jusqu'à ce que son père l'oblige à prendre épouse pour des raisons politiques. Il perd sa fille dans d'atroces circonstances tandis que son épouse se suicide. De là, commence sa descente aux enfers. Grièvement blessé par le métamorphe qui a tué sa fille, il est recueillit par un vampire qui le sauve en le transformant. Il peine à maîtriser sa nouvelle nature et n'oublie pas sa vengeance, au contraire... Au fil du temps, il fini tout de même pas s'assagir un peu et s'installe à la Nouvelle Orléans pour de bon. Pour s'en sortir financièrement, il escroque les gens en se faisant passer tour à tour pour un médium, un exorciste ou un détective privé, quoique qu'il s'avère assez doué dans la dernière discipline. En secret, il chasse encore les sorcières et certains métamorphes (surtout les loups) pour qui il voue une haine terrible. Mais les lois en place l'oblige à se montrer de plus en plus discret dans ce domaine...

MessageSujet: Re: Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] EmptyLun 29 Avr 2019 - 14:50

D’un geste las, l’autre leva le bras, un révolver emplissant sa main, un sourire franc plaqué sur le visage. Il était tellement fier le bougre, il était tellement content d’y être enfin arrivé, et çà le faisait bander, Keir en était sûr, quoique nulle bosse ne semblait pousser sous la braguette du type. Pour être aussi fier de tenir un flingue, il ne devait pas en avoir une grosse, remarque ! Un léger sourire étira les lèvres du vampire à cette pensée mais le rire resta enfoui en lui, trop douloureux pour être exprimé. Il économisait le peu de forces qu’il lui restait, pourquoi ? Il n’en avait aucune foutue idée… Sait-on jamais, il avait peut-être un ange gardien planqué dans le coin prêt à intervenir au moment fatidique. On pouvait toujours rêver et en l’instant, c’est un peu tout ce qu’il lui restait, le rêve… Le regard trouble, il sentait sa conscience lui filer entre les doigts mais il résistait, luttant jusqu’au bout comme incapable de lâcher prise, refusant catégoriquement de laisser sa minable existence lui échapper.

Et une silhouette féminine apparut soudain dans l’embrasure d’une porte non loin… Son ange gardien ! Secouant, légèrement la tête pour empêcher la réalité de lui échapper pour de bon, le monde tourna un peu autour de lui tandis qu’un “crac” caractéristique vint chatouiller son ouïe sur-développée. Il l’avait bien mérité tient ! Et il se mit à pouffer de rire tout en se lamentant de douleur… Merde ! Il ne lui restait même plus çà…

Un grognement retentit soudain, celui d’un chien peut-être, à moins que ce ne soit celui d’un...loup. Au prix d’une insupportable souffrance, il se redressa légèrement, à peine en fait et tenta d'apercevoir la scène, sa vue se faisant de plus en plus floue à mesure que le poison infiltrait les particules éteintes de sa chair… C’était bien un loup… Putain ! Il fallait que ce fût son meilleur ennemi qui lui sauve les miches !

Ses yeux noirs trouvèrent à nouveau le contact de l’autre silhouette, bien plus plaisante à regarder, il fallait l’avouer. La voix féminine se fit entendre, menaçante, provocante… Personne n’aurait oser la contredire en l’instant et l’autre ne s’y aventura pas d’ailleurs. Il ne tenta même pas de récupérer son arme tombée par terre et marmonna un truc avant de s’éloigner la queue entre les jambes. Keir lui aurait sans doute balancer une vacherie sur le moment mais il en était bien incapable tant le poison corrosif rongeait ses pauvres veines meurtries…

Le loup changea soudain de cible, montrant les dents à la pauvre épave qui jonchait le sol.. Ouais ouais… Keir avait bien compris qu’il ne devait pas toucher à sa maîtresse. Franchement, il n’aurait pas pu, même s’il l’avait voulu alors… La femme en rajouta une couche comme si le vampire n’avait pas piger dans quelle mouise il était. Bien sûr qu’il lui était reconnaissant, évidemment qu’il n’allait pas s’attaquer à elle… C'eût été gonflé de sa part après çà ! Mais il ne parvint qu’à grommeler un “compris” à peine audible tant il était épuisé par ses blessures… Du sang, il lui faudrait du sang mais si son instinct ne le trompait pas, le fluide vital de cette bonne femme était plus que toxique pour lui… Autant dire qu’il n’était pas encore tiré d’affaires à ce compte là…

La jolie brune lui tendit soudain la main, une main qu’il parvint à attraper au prix d’une lancinante douleur tout en se hissant tant bien que mal. Il ne pu réprimer un gémissement de souffrance d’ailleurs… On pouvait dire qu’il était carrément pitoyable là mais il avait l’habitude et le ridicule ne l’avait jamais tué jusque là...et pourtant ! Quelques pénibles pas, quelques insupportables contorsions pour arriver jusqu’à un fauteuil où elle le laissa choir avant de lancer une nouvelle remarque, méfiante qu’elle était.. Elle avait bien raison vu dans quel monde on vivait… Il ne pouvait pas le lui reprocher !


- … je… je ne tenterais rien de… répréhensible si c’est ce qui vous fait peur…

Putain, qu’est ce que c'était dure de parler dans ces conditions ! Ce serait bien la première fois qu’on arriverait à le faire taire, tiens ! Toujours cette foutue ironie… Il n’aurait jamais dû mettre le nez dehors cette nuit… Y’a des jours comme çà, vaut mieux rester couché mais voilà, il avait encore joué au con, comme toujours…
La jeune femme calma son compagnon avant d’interroger le vampire. Déglutissant, toussant, il finit par parvenir à articuler quelques mots…


- ...on a pas la quote en ce moment, je sais…. Pourtant, avec ces… conneries de Twilight et autres, on devrait !... Mais je… ne suis pas très… brillant, faut dire…

Il rigola et il paya son écart de conduite, crachotant de plus belle tandis que les balles déchiraient ses plaies à chacun de ses soubresauts… Une fois calmé, il tenta de reprendre son sérieux… La situation était grave quand même !

- Oui… Elles sont dedans… Je les sens ces saloperies… et c’est pour çà que je suis si faible… C’est… de l’argent. Vous… vous savez faire çà ?

Son regard se perdit sur les jambes sublimes de la belle qu’il remonta lentement, caressant fictivement les courbes voluptueuses de ses hanches avant de frôler du regard l’arrondi délicat de sa poitrine, puis de lorgner sur le battement régulier de sa jugulaire… Il remonta encore détaillant le menton puis les lèvres de la belle. Dommage qu’elle soit de cette sale race…
Un grognement du chien-loup le fit soudain sursauter et l’arracha à ses rêveries.. Sa vie dépendait un peu d’elle donc, c’était pas le moment de déconner. Éviter les conneries et rester sérieux un moment ! çà n’allait pas être du gâteau pour lui….


- Je… je voulais vous.. dire... m… Dites, vous maniez super bien la batte ! J’aimerais pas… être l’amant de.. Votre mec !

Putain, il était vraiment incapable de dire quelque chose d’intelligent en fait… Les sentiments, les émotions, les remerciement et autres excuses, il n’y arrivait pas, c’était plus fort que lui. Une façon très con de se protéger… Personne ne pouvait l’approcher si tout le monde le détestait, la technique était infaillible et mainte fois éprouvée !

De ses doigts tremblants, il défit sa cravate avant de déboutonner lentement sa chemise qui n’était plus vraiment blanche à présent. Serrant les dents, il décolla lentement le tissu de la plaie, réprimant un hurlement de douleur qui se mua en un horrible gémissement qui fit sursauter l’animal.


- Pardon… D'habitude, je suis plus doué… pour… pour les… Strip treases…

Une nouvelle quinte de toux vint secouer le corps endolori du vampire alors qu’il baissait le regard vers sa plaie, jaugeant les dégâts…

- Vous embêtez pas, je vais bien arriver à….

Ses doigts farfouillèrent dans la plaie lui arrachant un nouveau gémissement, juste avant que le monde ne bascule… Il perdait pieds, la réalité lui échappait et il avait cette horrible sensation… Celle de chuter, chuter, chuter…. Et ce fût soudain le noir, le néant le plus total… Le soulagement de ne plus rien sentir… Il se lova un peu plus dans les ténèbres sécurisants jusqu’à ce qu’une lame de rasoir sembla lui transpercer le ventre, lui extorquant un cri terrible.

- Putain ! Laissez moi mourir en paix !

Lui sembla-t-il qu’il hurla dans les méandres de son tourment….

_________________
KEIR MUNRO
XxX And I have this feeling of revenge that's eating my gut. XxX

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] Le Chasseur Chassé [Keir - Lola] Empty

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Chasseur chassé. [Flashback][Fili][Terminé]
» Chasseur Chassé
» Nos chers auteurs...(Abel/Lola)
» Un chasseur sachant chasser
» Lann Al'Thorkren, Chasseur de Drow [validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Crescent City :: New Orleans
☽ There's monsters in the shadow ☾
 :: Ici et Là :: Dans le passé
-
Sauter vers: